Comment faire un bon spin ?

Pour faire un bon spin, il ne suffit pas de remplacer des mots par des synonymes. Cette étape aide à complexifier le texte, mais n’est qu’un élément « mécanique » du process.
On reconnait facilement plusieurs textes issus d’une meme matrice quand le master spin est pauvre, uniquement basé sur des remplacements de synonymes.

Pour faire un bon spin, il faut « casser », varier la structure des textes.
C’est ce que backlinker appelle le spin matriciel, c’est le meme principe derrière ce qu’on appelle « règle des trois 3″ : 3 articles, pour chaque article, 3 versions de chaque paragraphe, pour chaque paragraphe, 3 versions de chaque phrase…

Sans pousser le formalisme à ce point, il faut absolument dès qu’on veut générer un nombre conséquent de textes, varier la structure.
Cela passe par des phrases, des paragraphes optionnels (on écrit plus, pour ne pas systématiquement tout mettre), des phrases ou des paragraphes inversés (1 puis 2 ou 2 puis 1), des tags qui séparent les mots, comme ce que permet de faire uspin de 512.
On peut encore améliorer en mixant avec des extraits de bases de données, de flux rss, de modèles de phrases à trou…

Avec  l’outil qui va bien, on arrive à faire, non plus du spinning, mais du morphing, ou du spin polymorphe.

Comments are closed.