Pour le fun, voici une petite galerie de graphes tirés de masterspins.
L’approche est ici des plus empiriques pour le moment.

L’idée à la base de cette représentation est d’exploiter les très nombreux outils mathématiques utilisés en théorie des graphes pour les appliquer à la mesure de complexité d’un master spin.

Pour celà, j’ai commencé par convertir les masterspins en graphes orientés (les relations entre deux points ont un sens, une flèche).
Chaque point représente un mot (ou groupe de mot) et les flèches, le chemin d’un mot à un autre.
Pour construire un texte à partir de cette représentation, on part du point d’origine, et on suit les fils. Si on se trouve face à plusieurs fils, on en choisi un, et on avance par là.

N.B: cette visualisation sous forme de graphe n’est pas intégrée, pour le moment, à l’outil xSpin. Il s’agit de visualisations manuelles réalisées à partir d’algorithmes maison et d’outils libres.

Voici par exemple quelques représentations de masterspins assez complexes, à deux niveaux :
graphe spin 1

représentation d'un texte spinné sous forme de graphe
Sur ce graphe, on voit en zoomant l’utilisation de synonymes: on a des chaines linéaires, avec des faisceaux qui partent d’un point pour en alimenter 3 ou 4, qui se rejoignent au point suivant, etc. Ici, l’ensemble qui est assez linéaire a été « replié » comme une pelote de laine pour que l’on puisse avoir une vision d’ensemble, mais la structure générale montre bien l’emploi de synonymes à la queu leu leu, et non de structure complexe.

masterspin déséquilibré
Voici un spin réalisé avec xSpin. On reconnait les structures de synonymes en enfilades, qui sont repliées sur elles mêmes : ce sont des phrases spinnées utilisées comme alternatives qui font autant de boucles. Vers le centre, un gros tas de fils entremélés: on a inséré ici un module qui donne une centaine de versions différentes d’un texte, d’où l’aspect touffu.
Visuellement, on apprécie le déséquilibre du texte, qui comporte des zones très linéaires et d’autres très denses. On peut ainsi corriger le tir en complexifiant les portions qui le nécessitent, ou en simplifiant la zone dense selon le nombre de tirages voulus.

Enfin, un gros masterspin comme on n’en voit pas souvent « dans la nature » (réalisé lui aussi avec xSpin) :
mega spin de la mort qui bulle

Et vous, cette représentation sous forme de graphe vous parle-t-elle ? Vous semble-t-elle utile ???

Visuels © xSpin.it – Utilisation interdite sans autorisation.

5 comments

  1. C’est la bonne approche il me semble, si on souhaite un outil qui fasse de la qualité… Plus complexe à implémenter, mais bien plus efficace à terme !

  2. Patricia

    Aucun intérêt ces visualisations, à part se gargariser 🙂 ça fait juste plaisir à l’auteur de spin de voir qu’il à fait quelque chose de complexe.

    • Tiens, le coup du troll pour caser un com 😀

      Chacun jugera de l’intérêt ou pas de ces représentations.
      En ce qui me concerne, je suis convaincu d’une part, qu’il faut savoir mesurer pour améliorer, et d’autre part que pour des analyses de choses complexes, les représentations graphiques sont bien plus denses et intuitives à lire qu’autre chose.

  3. J’aime beaucoup la qualité de ces graphs, et je suis bien d’accord pour dire que la visualisation est beaucoup plus efficace qu’une trop longue explication. J’utilise Graphviz pour faire de genre de représentation, tu as utilisé quoi ?

Leave a Reply